• <strong>C’est après un long, très long voyage que Highlander est arrivé.</strong>

Naître, un parcours du combatant pour les chatons

Par Florence Richard, Éleveuse de chat Sacré de Birmanie,

Chatterie du Dragon de Jade

Présidente de Birmania and co
www.birmania-and-co.com

  Les premiers jours de la vie d’un chaton un grand périple !

Mortinatalité et mortalité avant sevrage

Le taux de mortinatalité (chatons morts nés) atteint de 4 à 16 % tandis qu’il s’avère un pourcentage de 10 à 20 % des chatons qui décèdent avant le sevrage. Les pertes se situent généralement lors de la première semaine de la vie du chaton.
Dans un effectif de chats indemnes de germes pathogènes, où les pertes dues aux infections sont négligeables, la mortalité est généralement inférieure à 40 % de mort-nés et 19 % de décès avant le sevrage.BB Hilda 46g 20 mai 2013

Les facteurs aggravants

D’autres facteurs peuvent influencer le taux de mortalité au sein de la portée :

les plus faibles taux de mortalité néonatale sont observés chez les femelles primipares. Les femelles mises à la reproduction tardivement perdent plus de chatons que celles qui reproduisent vers l’âge d’un an.

Le poids de la chatte : les chattes de petits gabarit font naître statistiquement moins de chatons que celles de plus grand format et celles de fort gabarit perdent généralement plus de chatons. L’explication à ce phénomène est tout simplement que l’excès de graisse à tendance à favoriser une anoxie néonatale. (arrêt de l’apport d’oxygène aux tissus, notamment cérébraux).

Taille de la portée : les chatons uniques peuvent mourir avant le sevrage, selon plusieurs statistiques sur le sujet.

Poids de la naissance : les chatons d’un faible poids ont un taux de mortalité double ou quadruple par rapport à un chaton qui a un poids « normal » à la naissance. Le faible poids de la naissance s’accompagne aussi à une immaturité physiologique qui l’empêche de se battre pour survivre.

Le taux de mortalité peut aussi être la cause de gestes inappropriés par les éleveurs dans les premières heures de la vie du chaton. Certains éleveurs voulant aider trop pressement la chatte qui met bas, peuvent faire des gestes mal appropriés. Par contre certains éleveurs, voulant laisser faire « dame nature » décident sciemment de ne pas intervenir dans la mise bas, sous prétexte de la sélection naturelle, ce qui permettrait pour eux, de sélectionner les sujets les plus robustes.

L’érythrolyse néonatale

C’est la cause la plus fréquente de mortalité des jeunes chatons entre un et cinq jours de vie. Certains auteur présentent l’érythrolyse néonatale la cause n° 1 dans certaines races comme le British, le Rex Cornish, etc….. Elle correspond à la destruction des globules rouges du nouveau-né, par l’action des anticorps de la mère par la prise du colostrum. Comme les anticorps ne passent pas ou très peu pendant la gestation, les chatons atteints sont parfaitement normaux à la naissance.

Une particularité de l’espèce féline et la raison pour laquelle l’érythrolyse néonatale est si fréquente sont que les chats de groupe B produisent spontanément des anticorps anti-groupe A.

Lorsqu’une femelle de groupe B donne du colostrum à ses chatons, elle leur transmet ses anticorps qu’elle possède : les anticorps anti A. Ces anticorps vont passer dans le sang du chaton pendant les 16 premières heures de vie du chaton. Si le chaton est de groupe A, les anticorps de la mère vont détruire ses globules rouges. Il présente alors une érythrolyse néonatale. A l’inverse, les anticorps anti B d’une femelle de groupe A ne sont pas assez actifs pour détruire les globules rouges des chatons.

Symptômes :
En cas d’érythrolyse néonatale, les chatons sont de poids, de taille et de vitalité normale à la naissance. Dans les heures qui suivent, trois évolutions sont possibles :

Suraiguë : la mort n’est précédé d’aucun symptôme particulier, à part un arrêt de la tétée dans les dernières heures. L’autopsie ne révèle souvent aucune anomalie macroscopique.

Subaiguë : le chaton est faible avec une anorexie passagère, perte de poids et cela conduit au décès du chaton après une semaine environ.

Aiguë : La mort du chaton intervient après une semaine environ alors que le chaton a évolué normalement. La tétée s’arrête et on constate une hémoglobinurie (présence d’urine rouge), et un ictère (coloration jaune des muqueuses).

Parfois les anticorps de groupe A forment avec les globules rouges un précipité dans le sang, ces complexes vont bloquer l’irrigation des extrémités provoquant un phénomène de nécrose de la queue ou des oreilles.

Toute mortalité de chatons dans les premiers jours de vie doit entraîner une suspicion d’une érythrolyse. Pour exclure cette conclusion, il suffit de déterminer le groupe sanguin de la femelle.

Hypoglycémie, hypothermie, déshydratation

Cette affection qui atteint les chatons est assez fréquente mais peut être pris en charge médicalement. Le chaton naît très immature, il a peut de réserve de sucre et ne peut réguler sa température interne avant trois semaines, il a aussi une grande surface cutanée. Ces trois caractéristiques font que le chaton est prédisposé au « syndrome des trois H » Hypoglycémie, hypothermie, déshydratation.

L’Hypoglycémie : le chaton n’a aucune réserve énergétique glycogénique hépatique et musculaire, il ne possède pas non plus de tissu adipeux brun qui lui permet de créer de la chaleur sans frissonner. Le chaton ne peut maintenir sa glycémie qu’en ayant des repas réguliers.

L’Hypoglycémie se traduit par des périodes apathiques avec parfois des crises de convulsion.
Si le chaton est en hypoglycémie, votre vétérinaire pourra lui injecter du glucose.

L’hypothermie : L’évaporation des liquides fœtaux entraîne une hypothermie à la naissance. Le chaton est incapable de réguler sa température dans les premières semaines de vie. Ce phénomène est dû également à une immaturité du système d’autorégulation.

L’hypothermie se traduit par un désintéressement de la mère puis par un arrêt de la digestion : en dessous de 34 ° C le chaton est incapable de digérer. Avant de donner un biberon à un chaton, il faut vérifier sa température rectale qui doit être supérieure à 34 ° C. Il n’est pas rare, lorsqu’on fait une autopsie d’un chaton qui a été nourrit au biberon, de trouver du lait dans les poumons. Pour limiter ces phénomènes d’hypothermie, il est important de contrôler la température de la maternité et éventuellement d’utiliser des chauffages d’appoint.

La déshydratation : Le chaton est constitué de 82 % d’eau et il est très sensible à la déshydratation.

Sa peau a une peau fine et présente une grande surface par rapport à son poids ; ses reins sont immatures et ses besoins hydriques quotidiens sont de 14 à 16 ml pour 100 grammes de poids.

Pour empêcher que le chaton se déshydrate, il faut conserver l’hydrométrie autour de 60 % et de vérifier qu’il tète régulièrement.

Les infections bactériennes

La majorité des maladies bactériennes du nouveau-né sont dû à l’environnement, c’est pour cela qu’il faut tenir un environnement le plus sain possible. Le chaton peut présenter une infection ombilicale (omphalite), une infection oculaire (ophtalmie) ou cutanée (pyodermite)

Omphalite : il n’est pas rare que la femelle fasse ses chatons dans la litière et ceci peut favoriser les infections bactériennes.

Ophtalmie : Il peut arriver qu’avant que le chaton ouvre ses yeux, une infection apparaisse mais elle n’est pas facile à déceler. Un traitement local à base de collyres antiseptiques et antibiotiques doit être mis en place. Si l’ophtalmie n’est pas détectée, le chaton peu perdre la vue ou avoir des lésions graves.

Pyodermite : Cela arrive quand la maternité se retrouve dans une salle de bain et que l’humidité est importante, ce qui favorise les germes. Les facteurs favorisant ces affections bactériennes sont soit une absence de colostrum, une mauvaise hygiène du lieu de la mise bas, une infection maternelle (métrite, mammite, gingivite).

Les autres causes de décès

Le Fadding Kitten Syndrom : C’est le syndrome du dépérissement du chaton. Ce syndrome inclut toutes les causes de mortalité non élucidées ou d’affaiblissement.

La prématurité du chaton est lourde car il a de ce fait une sécrétion insuffisante de surfactant, qui est le liquide qui est situé dans les poumons qui permet aux alvéoles pulmonaires de se déployer normalement. Les chatons ont donc du mal à téter le colostrum et ces deux facteurs déclenchent des pneumonies après quelques jours de vie.

Les affections congénitales ou malformations

Elles représentent 10 à 20 % de la mortalité néonatale dont certaines sont très visibles dès la naissance du chaton. Toutes les tares ne sont pas mis en évidence et les chatons dépérissent qu’après une période de plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Elles peuvent être dues à des problèmes du développement fœtal ou à des traitements tératogènes pendant la gestion de la femelle et agissent par voie transplacentaire sur l’embryon surtout dans la période de l’organogénèse, en induisant des malformations non héréditaires.

Quelques anomalies congénitales du chaton :

anomalie du développement général : nanisme, dysharmonies

anomalie du pelage et des phanères (poil), soudure ou absence de griffes, anomalies numériques des dents

anomalie du squelette ou des muscles : absence de mandibule, de queue (courte ou absente)

anomalies ou absence de membres, soudure des doigts (syndactylie), augmentation du nombre de doigts (polydactylie)

anomalie des muscles : hernie diaphragmatique cela se définit comme l’absence de développement de tout ou partie d’une coupole diaphragmatique.

anomalies de l’appareil digestif : fente palatine, bec de lièvre, imperforation rectale, agénésie (partie du corps manquante)

malformations cardiaques

anomalies de l’appareil urinaire : rein absent ou polykystique

anomalies de l’appareil génital : chez la femelle absence d’une corne utérine et chez le mâle cryptorchidie uni ou bilatérale.

anomalies du système nerveux : colonne vertébrale encéphale ou cervelet.

surdité, cécité

monstruosités : chatons soudés.

Ces anomalies sont congénitales c’est-à-dire présentes dès la naissance ; certaines d’entre elles sont héréditaires, c’est-à-dire génétiques et transmissibles de parents à la descendance.

Les troubles liées à la mère peuvent être des causes de mortalité non infectieuses comme le cannibalisme ou des troubles du comportement maternel : léchage excessif des chatons par exemple.

Les causes infectieuses sont plus rares (viroses respiratoires, leucose …)

En cas de mortalité, l’autopsie est le seul outil qui permette de savoir la cause de la mort du chaton. Certaine lésions internes sont fortement évocatrices de certaines affections néonatales.

Sources : D’après le guide pratique de l’élevage félin de Royal Canin

2 thoughts on “Naître, un parcours du combatant pour les chatons

    • Bonjour Denise B.
      Pour que tous les chatons soient de la couleur de la Mère il faut que le Père lui même soit de cette couleur. Si seule la Maman est de cette couleur ce sont tous les Mâles qui seront identiques à la Mère. Cordialement, V.L

Répondre à Valérie Liebeaux Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>