• <strong>C’est après un long, très long voyage que Highlander est arrivé.</strong>

Les groupes sanguins

« Avec cette nouvelle vision de la génétique du système AB du chat, les différentes combinaisons laissent apparaître qu’il n’y a pas de croisement totalement exempt de la possibilité de donner des Erythrolyses Néonatales ; seul le groupage à la naissance permet d’assurer une sécurité totale pour le chaton. »

I/ LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT
Le système de groupe sanguin du chat est relativement simple : il se réduit pour
l’instant à un seul système, le système AB s’exprimant à travers les groupes A et B.
Des groupes sanguins supplémentaires pourraient toutefois exister. En effet, il a été
identifié récemment un nouvel antigène érythrocytaire appelé Mik.
Les incompatibilités portant sur le système sont responsables d’accidents
transfusionnels aigus et graves, et de la maladie hémolytique du chaton. Les
techniques de groupage ont été introduites en clinique depuis 1980. Elles doivent
être maintenant considérées comme un élément indispensable de bonne pratique
avant la réalisation de transfusions sanguines et pour la réalisation d’accouplements
raisonnés au sein des élevages.
Le système AB s’exprime à travers deux groupes, le groupe A largement majoritaire
chez les chats communs et le groupe B plus minoritaire (10% des chats « toutvenants »). La fréquence des groupes A et B varie toutefois considérablement selon
les zones géographiques, les élevages et les races. Des chats de groupe AB sont
parfois identifiés. Le décès des chatons lié à l’incompatibilité AB et la sélection dans
les élevages influencent la fréquence des groupes A et B au sein des populations de
chats.
Tous les donneurs de sang doivent être groupés dans le cadre des bonnes pratiques
transfusionnelles vétérinaires. Les allo-anticorps naturels anti-A et anti-B chez les
chats B et A respectivement sont maintenant bien connus. Cela implique que le
groupage AB doit être réalisé avant toute transfusion pour s’assurer d’une parfaite
compatibilité des chats dans cette circonstance. En cas de croisement, le groupage
minimise les risques sans les éliminer totalement.
Tous les chats B sont de très bons producteurs d’allo anticorps anti-A naturels qui
sont bien détectés par les tests d’agglutination ou d’hémolyse. Ils produisent ces allo
anticorps à un titre élevé (>1/32) après quelques semaines de vie. Ces allo anticorps
sont fortement hémolysants et agglutinants car il s’agit d’IgM et à un moindre degré,
d’IgG. Ces allo anticorps sont à l’origine des réactions transfusionnelles graves et de
la maladie hémolytique du chaton. Les chatons A nés de mère B acquièrent les allo
anticorps anti-A par l’intermédiaire du colostrum.
Les chats A produisent des allo anticorps anti B de faible titre (1/2) qui causent une
diminution de la demi-vie des globules rouges B transfusées chez les chats A. Ces
allo anticorps ne provoquent pas de maladie hémolytique chez le chaton. Les chats
AB ne produisent pas d’allo anticorps. Les chats Mik négatifs produisent un allo
anticorps naturel anti Mik.
Il n’y a pas de chats donneurs universels. C’est pourquoi, à l’occasion d’une
transfusion, le donneur et le receveur doivent être groupés vis-à-vis du système AB,
même s’il s’agit de chats communs.
Des incompatibilités sanguines en dehors du système AB ont été rapportées après
des accidents transfusionnels graves et ont été authentifiées grâce au test de
compatibilité croisé entre le donneur et le receveur.
II/ LA GÉNÉTIQUE DU SYSTÈME AB
La génétique et la biochimie du système AB du chat viennent d’être mieux précisées
en 2007 par les travaux de Bighignoli et al (BMC genetics 2007, 8 : 27) qui ont
démontré que l’enzyme cytidine monophospho-N-acetylneuraminic acid hydroxylase
(CMAH) qui converti le groupe B en groupe A existe sous trois allèles A, aab, b avec
la hiérarchie allèlique suivante A>aab>b.
L’enzyme de l’allèle A est totalement active et convertit toutes les molécules
correspondant au groupe B (acide N-acetylneuraminique) en molécules exprimées
par le groupe A (acide N-glycolylneuraminique). L’enzyme aab est partiellement active
et laisse sur le globule des molécules d’acide N-acetylneuraminique d’où le groupe
AB alors que l’enzyme b est inactive et laisse intact les molécules d’acide Nacetylneuraminique (Cf : schéma « Action of CMAH »)
Dans cette configuration, des croisements de chats A peuvent avoir des chatons B
ou AB, de même des croisements de chats A et B peuvent donner des chats AB ou
B. (Cf : tableau des croisements)

 

Source =>  www.alvediaVET.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>